logo

Priorité d’admission des élèves boursiers au Lycée Charles de Gaulle

Progrès pour tous au Plan Ecole !

La Charte liant les établissements scolaires membres du Plan Ecole à Londres contiendra désormais une disposition accordant aux  élèves boursiers une priorité d’affectation au Lycée Charles de Gaulle (CDG), dans la limite des places disponibles. Je remercie le service culturel de l’ambassade, le Proviseur du Lycée CDG ainsi que les associations de parents d’élèves d’avoir soutenu cette proposition que j’ai formulée lors du conseil consulaire dédié aux bourses de novembre 2015. Il me paraissait important d’accorder cette priorité aux familles moins privilégiées, qui peuvent péniblement s’acquitter du complément de frais de scolarité restant à leur charge dans les écoles privées du réseau.

Le Plan Ecole offre une vision globale du réseau scolaire au Royaume-Uni et veille au respect de la garantie de continuité de la scolarisation des élèves du réseau. Dans cette perspective, une bonne gestion d’ensemble des flux d’élèves dans les établissements implique à la fois de bien mesurer la capacité d’absorption au collège puis au lycée des jeunes élèves entrant dans le réseau, mais aussi d’appliquer des critères d’affectation des élèves dans les écoles qui soient équitables et n’opèrent pas de discriminations entre les familles, conduisant notamment à des départs motivés par l’importance des frais de scolarité. Par transparence et pour mieux mesurer ces départs, j’ai demandé que la mention « frais de scolarité » soit ajoutée à la liste des raisons proposées dans la fiche de départ du Lycée CDG. 

Aujourd’hui, la commission d’affectation commune aux trois établissements secondaires répartit les élèves entre d’une part le Lycée CDG, établissement en gestion directe moins cher que les autres, et d’autre part les deux écoles privées, le Collège Français Bilingue de Londres (CFBL) et le Lycée W. Churchill. Le montant maximum des bourses accordées au Lycée W. Churchill étant plafonné sur les frais de scolarité du Lycée CDG, il existe, de fait, une rupture d’égalité entre les familles que cette mesure de priorité s’efforcera d’atténuer.

Fin de la convention du Collège Français Bilingue de Londres: quel impact sur les bourses ?

Grâce à la convention conclue entre le CFBL et l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger, les familles boursières pouvaient jusqu’ici bénéficier d’une exception au plafonnement et se voir couvertes à hauteur de la totalité du montant des frais de scolarité de l’établissement. Le comité de gestion du CFBL ayant très récemment pris la décision de mettre fin à cette convention, ceci aura probablement pour conséquence de supprimer cet avantage. En d’autres termes, une famille boursière, obtenant une couverture de 100% justifiée par des conditions de vie très précaires, devra tout de même s’acquitter d’environ £2000 par an, correspondant au surplus de frais de scolarité facturés au CFBL par rapport à ceux du Lycée CDG.

Je ne saurais donc assez recommander aux familles de s’informer précisément de tous les effets de la fin de cette convention.

Croyez bien que je reste mobilisée pour la démocratisation de l’enseignement français au Royaume-Uni.

12508819_10154376910082971_1284509162512367097_n

Une école gratuite d’enseignement français à Londres

Ces dernières années, le Plan Ecole au Royaume-Uni s’est consacré à l’accroissement du nombre de places dans le réseau scolaire français à Londres, promouvant l’ouverture de deux établissements scolaires privés. Je me réjouis de l’équilibrage des nouvelles orientations annoncées au cours de la réunion du Comité de pilotage le 14 avril dernier, lors de laquelle certaines propositions que je défends en faveur de la démocratisation de l’offre scolaire à Londres ont été reprises.

Progrès pour tous au Plan Ecole

Conscients de l’urgence de proposer aux familles françaises plus modestes un enseignement en français moins coûteux, les acteurs du Plan Ecole ont soutenu le projet d’ouverture d’une filière française dans un établissement public britannique gratuit, présenté par Lorène Lemor, Conseillère culturelle adjointe. 

La création de cette filière française s’inscrit dans le cadre de la politique de multiplication de « Free schools » et d’un accord bilatéral signé, en janvier dernier, entre le Department for Education et l’Education nationale, par la Ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, et son homologue britannique Nicky Morgan.

Si l’expérience est concluante, elle sera reconduite dans d’autres quartiers de la capitale mais aussi dans le reste du pays. Ce projet d’ouverture d’une école gratuite d’enseignement en français a donc besoin de votre soutien pour se concrétiser : cliquez ici pour « indiquer votre intérêt » !

Vous pouvez dès maintenant consulter le site de cette future Ecole bilingue, dont l’ouverture est prévue en septembre 2017 et qui sera située à l’Est de Londres, dans une zone encore non couverte par le réseau scolaire français. Cette école offrira des classes en niveau maternelle, primaire et secondaire et suivra le programme scolaire britannique, mais les matières littéraires, les Arts et le sport seront enseignés en français. La préparation du Baccalauréat international pourrait également être proposée.

Depuis le début de mon mandat en 2014, je recommande à presque chaque réunion du Plan Ecole la création d’une telle école, qui présente des avantages tant sur le plan de l’accès facilité à l’enseignement français pour toutes les familles que sur l’aspect du financement des bourses. Je suis heureuse de sa concrétisation à la faveur des familles françaises éloignées d’un réseau scolaire français toujours onéreux. Je resterai attentive aux orientations du Plan Ecole et continuerai à veiller au progrès pour tous les Français.